News

 

“Sans la mobilisation internationale, la bataille contre ebola sera difficile”: Mamady Condé

 

L’ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis SEM Mamady Condé a exhorté samedi les pays développés à mieux faire pour aider les pays démunis à améliorer leurs infrastructures sanitaires en vue de contenir le virus ebola qui sévit dans la sous région ouest africaine.

 

“La sensibilisation des populations est pour le moment le meilleur mécanisme dont nous disposons pour stopper la propagation de cette épidemie (ebola), mais pour l’enrayer nous avons besoin des hopitaux et des centres de traitement adéquats. Cela est quasi impossible sans l’aide des pays développés”, a déclaré M. Condé devant une audience composée essentiellement d’étudiants et chercheurs.

 

Le diplomate guinéen s’exprimait à Washington à l’occasion d’une conférence organisée par le département Ethique et Leadership de l’Université John Hopkins portant sur le thème: “ Psychose et Paranoïa” autour de la fièvre hémorragique à virus ebola affectant trois pays d’Afrique de l’ouest dont la Guinée, avec 800 décès à ce jour.

 

L’ambassadeur Condé a souligné que la méconnaissance du virus ebola liée au manque d’outils de détection rapide et la mobilité des populations sont les principales raisons de la propagation de cette maladie au niveau des pays de la Mano River Union y compris la Sierra Leone et le Liberia.

 

Tout en se félicitant des efforts déjà fournis par les Etats-Unis, M. Condé a toutefois estimé que la réponse de la communauté internationale dans son ensemble est insuffisante alors que l’épidemie commence à infliger des conséquences néfastes sur l’économie des pays touchés.

“En ma qualité d’ambassadeur, j’aurais aimé aujourd’hui vous parler de mon pays, ses potentialitiés minières, agricoles et touristiques…. J’aurais aussi aimé vous parler des mégaprojets comme celui du Simandou qui porte sur l’exploitation du plus grand gisement de fer du monde avec un investissement initial de $20 milliards.”

 

“Avec ce mégaprojet, la Guinée va avoir un port en eau profonde, un chemin de fer de plus 630 km et des milliers  d’emplois dans tous les secteurs de l’économie, mais hélas! A cause de l’ebola, tous nos projets de développements sont bloqués et notre économie souffre”, a t-il déploré.

 

La conférence a été co-animée par M. Ecric A. Friedman, responsable du projet JALI à l’Université John Hopkins.

 

Celui-ci, après avoir donné de larges informations sur le virus et ses modes de transmission, a estimé que la peur et la paranoia liées au virus d’ebola n’étaientt pas justifiables et que prendre des mesures pour isoler les pays affectés ne pouvaient qu’envenimer une situation qui exige une réponse globale.  

The road to national reconciliation

Visa 

Useful links

Print Print | Sitemap
© Embassy of the Republic of Guinea in Washington, DC